Solfège et Bébé ! ? !

Solfège et Bébé font-ils bon ménage ?Le Solfège a mauvaise réputation : il est souvent perçu comme ennuyeux, intellectuel, abstrait, inutile, etc… Bref, on y va plutôt à reculons pour ses enfants, surtout si on est des parents soucieux du bien-être de son bébé ou de son « grand » de 3 ans, et que l’on ne veut pas le traumatiser pour le restant de son existence !

Mais finalement, tout est question de « méthode » et de la façon d’aborder le sujet : effectivement le solfège peut être transmis d’une manière vivante, active, ludique, creative, en rapport avec les morceaux étudiés, corporelle et intellectuelle. Histoire de se rappeler que le corps et la tête sont liées (cette découverte ne date pas d’hier quand même !). 
Voici un exemple qui fonctionne très bien pour rendre le solfège vivant et épanouissant : pour expliquer le tempo aux enfants, prendre le battement du coeur et chaque boum correspond à un temps de la mesure, c’est-à-dire à une noire. Ensuite, amusez-vous à prendre le battement d’une souris qui court très très vite (car pourchassée par un gros chat) et vous avez un tempo rapide (profitez-en pour leur apprendre le mot prestissimo qui correspond au tempo rapide) ; idem pour un tempo lent avec la tortue par exemple ou tout autre animal qui correspond à la lenteur.
Encore plus intéressant, le solfège, vécu de cette manière, peut même être source de plaisirs et de joies grâce au solfège rythmique et à la polyphonie en petit groupe d’enfants. D’ailleurs, une démonstration de solfège est mise en place lors d’une porte ouverte de la Méthode SOLA.
L’autre partie très intéressante du solfège est le travail de l’oreille. Effectivement, il est très important de lier le nom de la note avec la hauteur de la note. Kesako ? Vous pouvez répéter s’il vous plait ? Je n’ai pas tout saisi… Ok, lorsqu’un enfant sort un son, il a forcément une hauteur : il peut être très haut perché soit aigu, il peut être très bas soit grave, ou entre les deux (médium). Par exemple, quand un bébé pousse des cris, c’est généralement aigu. Si le son est très grave, dépêchez-vous d’aller voir l’Opéra de Paris pour leur prochaine audition de basse ou baryton basse ;).
Bref, continuons l’explication : le son aigu qui sort du bébé correspond obligatoirement à une note de musique (do, ré, mi, fa sol, la, si). De cette façon, en reliant le son de la note et le nom de la note, soit tout simplement en chantant le nom des notes comme on le martèle dans tous les conservatoires de Paris, le travail de l’oreille commence et va rapidement porter ses fruits en développant une excellente oreille relative voire absolue. (lien oreille relative et lien oreille absolue).
Enfin, pour terminer, pour les parents qui pensent quand même que c’est un peu trop tôt de commencer la musique avec son bébé de 1 mois, sachez que de nombreuses études ont démontré que l’ouïe du bébé est parfaitement développée dès la naissance (et même déjà dans le ventre de la maman) et que le bébé détient une capacité extraordinaire pour enregistrer tout ce qui se passe dans son environnement autour de lui. C’est donc le moment idéal pour le familiariser avec ce que vous aimeriez lui transmettre, dont notamment la musique bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>